Lancement de l’Année Européenne du Rail

Le 4 mars 2020, alors que l’attention mondiale était portée sur le début de la crise du Covid-19, la Commission Européenne a proposé que l’année 2021 devienne celle de la mise en valeur des transports par rail. Pour ce faire, elle a déclaré cette année comme étant “l’Année Européenne du Rail” (abrégée ici AER).


Cette année est l’occasion, à la fois pour les décisionnaires au niveau européen mais aussi pour les différentes compagnies de chemin de fer, de mettre en avant les aspects bénéfiques qu’ont les transports de passagers et de marchandises par voie ferrée sur l’environnement, l’économie et les sociétés européennes lorsqu’ils sont comparés à d’autres modes de transport comme notamment l’avion, et la voiture thermique. Ces aspects bénéfiques concernent à la fois la période présente, mais l’objectif de l’AER est aussi et surtout d’informer les sociétés européennes de l’ensemble des effets bénéfiques que présenterait un usage accru du rail au sein de l’Union européenne à l’avenir.

Comme l’annoncent eux-mêmes les organes décisionnaires européens, cette AER sera multifactorielle : “L’Année européenne du rail a des liens avec d’autres domaines d’action de l’Union, tels que le développement régional, la compétitivité industrielle, le tourisme durable, l’innovation, l’emploi, l’éducation, la jeunesse, la culture et l’accessibilité pour les personnes handicapées, ainsi qu’avec les relations de voisinage de l’Union. Elle mettra en avant la dimension européenne et transfrontière du rail, en tant que moyen de transporter des marchandises, de voyager, de découvrir et relier différentes destinations européennes de manière durable et tournée vers l’avenir1”.

L’Année Européenne du Rail s’inscrit pleinement dans les engagements pris par l’Union européenne dans le domaine de la protection de l’environnement et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les horizons d’approche, qu’il s’agisse de 2030 pour le moyen-terme ou de 2050 pour le long-terme, correspondent aux délais que s’est fixée l’Union européenne pour l’application progressive de son Green Deal, ou “Pacte Vert”.

En effet, l’UE possède pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55% d’ici 20302, et a même pour ambition de devenir la première région mondiale à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 au plus tard3. Quant au secteur des transports (comptant actuellement pour un quart du total des émissions de gaz à effet de serre au sein de l’UE), une réduction de 90% des émissions de GES émises par ce secteur est prévue d’ici à 2050.

Pour arriver à atteindre cet objectif, l’Union européenne se base sur trois piliers : rendre tous les modes de transport moins polluants, proposer de nombreuses alternatives durables au sein d’un système de transport multimodal, et mettre en place les bonnes incitations économiques, politiques et sociales pour réaliser cette transition4.

D’un point de vue des infrastructures, colonne vertébrale des chemins de fer sans lesquelles ces derniers ne pourraient pas fonctionner, déclarer 2021 comme Année Européenne du Rail signifie que 70% des investissements européens dans le secteur des transports cette année seront réalisés au sein du réseau ferré du Vieux Continent5.

“2021 : L’Année Européenne du Rail – Le Pacte Vert européen”

Dans ce contexte, il devient évident que le rail possède au sein de l’Union européenne un rôle à jouer extrêmement important non seulement à l’heure actuelle, mais aussi et surtout dans les années à venir. L’utilisation des transports par rail permet en effet à un nombre important de passagers et de marchandises de voyager d’un point A à un point B en Europe, et ce tout en émettant bien moins de gaz à effet de serre6 que l’utilisation de modes de transport utilisant directement des énergies fossiles, comme la voiture thermique ou l’avion7. Cela rend l’utilisation du train très intéressante d’un point de vue du Green Deal.

En mars 2020, de nombreux événements en présentiel avaient été prévus au niveau européen dès le début de l’année 2021 : partage d’expériences et de bonnes pratiques des autorités nationales et locales, de la société civile, des entreprises et des écoles sur la promotion de l’utilisation du rail, campagnes d’information, d’éducation et de sensibilisation, expositions, conférences, etc8. L’année 2021 aurait été ainsi une année d’émulation intellectuelle pour les transports par rails, une année de sensibilisation à leur utilisation, une année de vulgarisation auprès du grand public de leur histoire et de leurs avantages pour l’environnement, comparé aux transports thermiques. Cependant, force est de constater qu’en raison de la situation sanitaire actuelle liée à la crise du Covid-19, seuls des événements en ligne peuvent permettre à toutes et tous de s’informer et de participer à cette Année Européenne du Rail.

C’est pourquoi nous vous proposerons de retrouver sur ce carnet des billets et articles liés aux thématiques de l’Année Européenne du Rail tout en gardant la perspective historique propre à Rails & histoire. Il s’agira donc à la fois de comparer les caractéristiques et l’utilisation des transports par rail d’hier et d’aujourd’hui avec les enjeux sociétaux et environnementaux qui leur sont associés, d’aborder des controverses écologiques et matérielles liées au chemin de fer (fumées des locomotives, utilisation de la créosote…), mais aussi des impulsions ferroviaires européennes telles qu’un éventuel retour des trains de nuit ou dans les années à venir.

Enfin, pour en savoir plus sur l’Année Européenne du Rail, n’hésitez pas à consulter le site Internet dédié lancé dès le 1er janvier 2021 par l’Union européenne (en anglais uniquement au moment de la rédaction de ces lignes), recensant l’intégralité des événements organisés de concert avec la Commission Européenne, principalement en distanciel.

  1. Proposition de décision du Parlement Européen et du Conseil relative à une Année européenne du rail (2021) – 2020/0035(COD) []
  2. Objectif adopté par le Conseil Européen en décembre 2020, le Parlement Européen visant même une réduction de l’ordre de 60%. []
  3. Texte (en anglais) Legislative Train 01.2021, 1-A European Green Deal, “Regulation of the European Parliament and of the Council establishing the Just Transition Fund” / Before 2020-4. []
  4. Texte (en anglais) Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions, Sustainable and Smart Mobility Strategy – Putting European transport on track for the future. []
  5. Caroline du Bled et Gunnar Mergner, Xenius – Le train, moyen de transport du futur ?, ARTE, consultable en ligne du 04/02/2021 au 04/05/2021 sur https://www.arte.tv/fr/videos/092139-026-A/xenius-le-train-moyen-de-transport-du-futur/ []
  6. À condition évidemment qu’il s’agisse d’un train électrique ou d’une alternative viable, moins polluante et moins utilisatrice d’énergie fossile que les trains thermiques. []
  7. En 2018, les transports par rail n’ont émis que 0,4% du total des émissions de gaz à effet de serre liés aux différents modes de transport au sein de l’UE. La voiture thermique individuelle et l’avion représentent, à eux deux, 85% de ce total selon les chiffres avancés par l’Union européenne []
  8. Proposition de décision du Parlement Européen et du Conseil relative à une Année européenne du rail (2021) – 2020/0035(COD) – Article 3(a), 3(b), 3(c), 3(d) et 3(e []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.