L’Okoumé, un bois exotique, un bois à traverses ?

Traverses de chemin de fer – Note de synthèse n°2

Un timbre de la République Gabonaise de 1967 représentant un Okoumé, ou Aucoumea Klaineana de son nom scientifique.
Le timbre fut dessiné par André Peyrie et gravé par Claude Jumelet. Image et informations : stampcommunity.org, utilisateur “nethryk”.

Afin de reconstruire une partie du réseau de chemin de fer détruit à la suite de la Première Guerre mondiale, les Grands Réseaux allèrent au Gabon pour y exploiter le bois au sein du Consortium. Si des articles traitant du Consortium en lui-même et de son organisation sont rapidement consultables, ceux qui traitent en revanche des essences exploitées par celui-ci restent rares. Le seul terme revenant plusieurs fois est celui “d’Okoumé”. Aucoumea Klaineana de son nom scientifique, l’okoumé est une essence de bois très abondante au sein des forêts gabonaises du début du XXe siècle, et qui fut très exploitée par le Consortium. Le but premier de celui-ci étant d’exporter du bois en métropole afin d’aider à reconstituer un stock de traverses, nous pourrions logiquement penser que “l’Okoumé” fut utilisé comme bois à traverses, mais la vérité est plus nuancée. En affirment cela, nous aurions à la fois tort, mais aussi dans une certaine mesure raison. Explications.


Il n’est pas facile de retracer « le chemin » des billes d’okoumé exploitées depuis la scierie de Foulenzem au Gabon. Nous savons, grâce aux bilans comptables du Consortium, que l’okoumé est l’essence dont l’exploitation et l’exportation, profitables, ont permis à ce dernier de rembourser une partie de ses dettes à partir de 1925. Ce que nous ne savons que peu en revanche, c’est ce qu’il est advenu de cet okoumé une fois exploité puis exporté en métropole.

Si les journaux français qui mention des bois coloniaux sont légion, peu sont ceux ayant écrit des articles sur l’usage de l’Okoumé en particulier. Et quand bien même, cela ne représente pas une source interne aux rouages des Réseaux ferrés, ni du Consortium.

Le journaliste Pierre Mille, dans un article du journal Excelsior du 29 octobre 1920, mentionne que « Nos forêts ont été saignées à blanc. Le change avec la Norvège rend ruineuse l’importation des sapins scandinaves, et nous avons des milliers et des milliers de kilomètres de voies ferrées à reconstruire […] Alors l’Ouest-Etat, le P.-L.-M., le Nord, l’Est, le Midi, le Paris-Orélans […] se sont associés en participation et ont demandé au gouvernement l’importante concession qu’ils viennent d’obtenir. De sorte que d’ici quelque temps nos traverses de chemin de fer seront en okoumé, et peut-être même notre pavé de bois parisien en acajou ou en palissandre ! »1. Cependant, aucune source précise n’est citée dans l’article, et les termes “d’ici quelques temps” et “peut-être” marquent une certaine forme d’indécision. Idem pour le journal L’Homme Libre du 20 juillet 1924 qui, dans un article dédié aux bois coloniaux, laisse planer le doute en mentionnant que « Le bois, à cette époque, faisait défaut, et la France en consommait de grandes quantités. On mit donc à l’étude la possibilité d’utiliser les bois coloniaux d’abord pour les traverses de chemin de fer, qui, après constatation des résultats, furent acceptés par les Compagnies. Puis, timidement, on constata que l’okoumé, un résineux du Gabon, pourrait servir à autre chose qu’à faire des boîtes à cigare et, maintenant, on l’utilise à faire des contre-plaqués. »2.


“L’okoumé, bois d’Afrique”, La République, 22 octobre 1935, illustration en bas de page 4. Consultable sur Retronews.

Le Gabon est un pays lointain, et les bois dits exotiques encore peu connus, si bien qu’il semblerait que l’on ne parle à l’époque que d’ “Okoumé” pour les désigner dans leur ensemble, ce qui peut rapidement porter à confusion.

Nos doutes quant aux utilisations de l’Aucoumea Klaineana s’éclaircissent cependant rapidement dès lors que nous nous intéressons à des articles un petit peu plus pointus sur le sujet. Selon un article du journal La République de 19353, l’okoumé est un « bois très tendre et très léger ». Comparable au peuplier, il possède une résistance moyenne et un densité égale à la moitié de celle de l’eau. Il est aussi résistant aux intempéries. Son principal inconvénient est qu’il est très cassant, le cœur de l’arbre encore plus que son aubier. L’okoumé conviendrait par conséquent mal à un emploi au sein duquel la résistance aux chocs est primordiale, comme par exemple les traverses de chemins de fer.

Tout doute est finalement dissipé lorsque nous ouvrons la page 13 de la Revue Générale des Chemins de Fer de mars 19284. Un article écrit par Léon Géraud, alors directeur du Consortium, détaille en effet avec grand soin la formation initiale de celui-ci, ainsi que l’utilisation décidée pour chaque essence.


En 1916, la guerre n’étant pas encore terminée, G.Doumergue et M.Sembat, respectivement Ministre des Colonies et Ministre des Travaux Publics, incitèrent les principaux réseaux ferrés à mener des études quant à une utilisation possible des bois coloniaux. La mission fut confiée au Lieutenant-Colonel Salesses à la toute fin du mois de décembre 1916. Parti avec deux ingénieurs des chemins de fer du Nord (MM. Noyon et Loiseau), Salesses revint en métropole en novembre 1917 en affirmant que certaines essences de bois pouvaient tout à fait être utilisées pour les chemins de fer. A la suite d’une seconde mission, le choix de Salesses, qui hésitait entre la Côte d’Ivoire et le Gabon, se porta finalement sur ce dernier pays. Durant ces missions, Salesses, Noyon et Loiseau menèrent des essais sur les essences présentes au sein des forêts gabonaises, et rapportèrent leurs résultats. Léon Géraud, au sein de son article, reprend ainsi les travaux de Salesses, et dresse le tableau ci-dessous.

Géraud, Léon. “Une exploitation industrielle de la forêt équatoriale”, Revue Générale des Chemins de Fer, 1928/3, p.329.

Ainsi, il était déjà clair depuis 1916 que l’okoumé ne serait pas utilisé du tout pour la fabrication de traverses de chemins de fer. L’okoumé est un bois utilisé principalement en menuiserie, pour des usages aussi variés que des plaques de contreplaqués, meubles, tiroirs, parquets, boiseries mais aussi comme aménagement intérieur des avions, des bateaux ou encore des trains.

A partir du milieu du XXe siècle, il devient limpide que l’okoumé n’est pas utilisé pour la fabrication des traverses. Ainsi, dans les notes du Consortium5, une distinction est faite entre les tonnages produis « en traverses » et les tonnages produits « en okoumé » entre 1934 et 1939. Nous pouvons donc supposer que les traverses produites durant ces années proviennent d’autres essences de bois que l’okoumé. Hypothèse qui paraît d’autant plus probable que les articles de presse de l’époque mentionnent des traverses « en bois dur »6, alors que nous savons que l’okoumé est un bois tendre. Quoi qu’il en soit, l’okoumé n’est plus mentionné comme bois utilisé pour fabriquer des traverses au sein des manuels scientifiques à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce qui est confirmé dès lors que nous nous intéressons aux ouvrages scientifiques portant sur la voie de chemin de fer publiés depuis et qui mentionnent les différentes essences exotiques utilisées : azobé, eveuss, bilinga, tali, moabi… mais pas okoumé.


“L’okoumé, bois d’Afrique”, La République, 22 octobre 1935, illustration en bas de page 4. Consultable sur Retronews.

Pourtant, nous mentionnions au début de cette note que parler d’ “Okoumé” pour désigner le bois exotique utilisé pour les traverses de chemin de fer n’était pas totalement faux. Pourquoi ?

Car l’ “okoumé” est à l’époque présent sous plusieurs formes : sous sa forme purement biologique, c’est une essence parmi d’autres au sein des forêts gabonaises. Une fois exploitées, les billes sont transportées jusqu’en France où elles sont transformées pour répondre à des usages particuliers, en menuiserie, qui répondent bien à ses caractéristiques principales.

Mais le terme d’ “okoumé” représente aussi, pour toutes les personnes qui ne sont pas familières avec les différentes essences coloniales, un terme plus général pour désigner les bois coloniaux, quels que soit leur provenance ou leur essence. D’où l’expression du journaliste Pierre Mille dans le journal Excelsior : pour lui, l’Okoumé est un terme générique désignant les bois coloniaux. Certes, il fait la différence avec l’acajou et le palissandre, mais ces essences sont déjà connues et importées d’outre-Atlantique depuis un certain temps.

L’okoumé est ainsi mentionné dès qu’un article porte sur l’exploitation des bois coloniaux, et cela peu importe la finalité des bois abattus : ainsi, il devient moins incongru que des articles d’époque mentionnent des puissent mentionner des traverses en Okoumé, mais que les noms de bilingacoula, dina, miama, mowingwi, azobé, eveuss, niové, padouk ou encore tali – soit les essences qui ont été précisément utilisées pour la fabrication de traverses de chemin de fer – soient absents.


Image mise en avant : “L’Okoumé, bois d’Afrique”, La République, 22 octobre 1935.



Citer ce billet
Romain Sanchez (2020, 2 septembre). L’Okoumé, un bois exotique, un bois à traverses ? Train et écologie, XIXe-XXIe siècles. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ut8y

  1. Mille, Pierre. “Bloc-notes”, Excelsior, 29 octobre 1920, p.4 []
  2. Fiault, Léon. “Les bois coloniaux”, L’Homme Libre, 20 juillet 1924, p.2 []
  3. Voir”L’okoumé, bois d’Afrique”, La République, 22 octobre 1935, p.4 []
  4. Géraud, Léon. “Une exploitation industrielle de la forêt équatoriale”, Revue Générale des Chemins de Fer, 1928/3 []
  5. Voir l’archive SNCF n°0505LM0507-001 []
  6. Voir “L’Afrique noire et la guerre”, La Petite Gironde, 11 novembre 1939, p.1, ainsi que : “Où va l’A.E.F.?”, France-Outre-Mer, 6 août 1937, p.6. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search