Le Consortium ferroviaire français d’exploitation des bois exotiques au Gabon

Traverses de chemin de fer – Note de synthèse n°1

À la suite de la Première Guerre mondiale, les Réseaux français s’aperçoivent de l’ampleur des dégâts faits aux voies de chemin de fer par les belligérants : dans l’Est et le Nord de la France, le conflit a détruit une partie non négligeable des voies, qui devaient par conséquent être reconstruites. Pour ce faire, deux éléments sont essentiels : le métal qui constituera les rails, et le bois, nécessaire à la construction des traverses. Cependant, les forêts françaises du Nord et de l’Est sont aussi ravagées que le sont les voies de chemin de fer. Par ailleurs, le bois français exploitable a été massivement utilisé pour l’armée pendant la guerre dans le but de construire des baraquements et autres étais de tranchée. Les chiffres sont faramineux : 160 000 hectares de bois ont été directement détruits par la guerre, et 500 000 ont été rendus inexploitables1.

Or les besoins en bois après la guerre ne décroissent pas. Le constat est donc le suivant : la France manque de bois pour la construction de ses traverses ferroviaires, indispensables au bon fonctionnement des réseaux de chemin de fer, eux-mêmes vitaux pour l’économie du pays. Décision est alors prise d’exploiter les ressources présentes au sein des colonies, plus particulièrement au sein du Gabon qui possède un patrimoine forestier considérable avec plus de 20 millions d’hectares de forêt équatoriale.

Les forêts françaises ont été durement touchées par la guerre, comme ici au bois de la Vache près d’Herbécourt, le 9 juillet 1916 dans le cadre de la bataille de la Somme.
Source : Bibliothèque nationale de France, département Fonds du service reproduction, 4-QE-776

Le 19 juillet 1920, les Grands Réseaux (Nord, Est, État, Paris-Lyon-Méditerranée, Orléans et Midi) obtiennent ainsi par décret deux concessions forestières de trente ans, situées sur la rive gauche de l’estuaire du Gabon, leur but d’origine étant en outre d’exploiter les bois durs utilisables pour fabriquer des traverses. La création du Consortium des Grands Réseaux Français, regroupant les différents Réseaux de chemins de fer d’intérêts généraux en France, date du 8 août 1920, et est entérinée au sein du Journal officiel du 20 août 19202 : 150,000 hectares de forêt gabonaise appartiennent désormais aux Réseaux français.

En 1925, après la constatation d’un équilibre comptable déficitaire, le consortium étend sa production à toutes les essences coloniales, parmi lesquelles l’okoumé, dans un but de diversification et de vente afin de rembourser le prêt de 23 000 000 de francs (soit 20 303 583 euros 2019) qui lui a été accordé par les différents Réseaux entre 1921 et 1925 pour la mise en place de l’exploitation. En 1928, le Consortium sous-traite la vente de l’okoumé qu’elle exploite à la Société Occidentale Africaine et réussit à faire des bénéfices. Ainsi, entre 1932 et 1937, la vente et l’exportation de l’okoumé en France permet au Consortium de rembourser 10 363 000 francs du prêt.

Le 1er janvier 1938, à la suite de la fusion des Réseaux, la S.N.C.F. hérite du Consortium et réorganise ses trois Comités (d’Administration, de Direction et de Gestion). Le Consortium est renommé Consortium Forestier et Maritime des Chemins de fer Français, reflétant la nature unifiée des Réseaux sous la S.N.C.F. Il devient un Service, c’est-à-dire une exploitation annexe de la S.N.C.F.

Entre 1940 et 1944, la production est stoppée à cause de la Seconde Guerre mondiale. Le Consortium est alors livré à lui-même. Après la guerre, il modernise et mécanise son exploitation qui reposait auparavant plus sur la force humaine que mécanique. Il décide aussi d’exploiter l’okoumé de façon de plus en plus intensive, car c’est un bois très rentable. L’exploitation de cette essence en particulier est si intense que les ressources s’épuisent rapidement, car l’okoumé met plus de 70 ans à repousser à une taille propice à sa coupe. Ainsi, l’exploitation passe de 25 000m3 en 1956 à plus de 57 000m3 en 1961, puis à un chiffre quasiment nul en 19693, les ressources ayant alors été épuisées durablement.

Globalement le Consortium, sous ses différentes formes, fut déficitaire, même s’il permit de livrer à la S.N.C.F plus de 146 000m3 de bois4.

“L’Okoumé”, image extraite du journal La Croix du 14 mars 1939, p.4
Source : Bibiothèque Nationale de France – Retronews.

Dans notre prochaine note, nous nous intéresserons au fameux “Okoumé”. Bois colonial exploité par le Consortium, l’okoumé n’est en réalité qu’une seule des essences de bois importées vers la France, et ce n’est par ailleurs pas celle qui sera utilisée pour la fabrication de traverses de chemin de fer, contrairement à ce que l’on pourrait croire.

Pour plus de précision concernant le Consortium Forestier et Maritime des Grands Réseaux Français, l’article d’Edouard Perret5 intitulé « Le Consortium forestier et maritime des chemins de fer français » et sorti dans la Revue d’Histoire des Chemins de Fer en 2002 reste une référence en la matière, d’autant plus qu’il est consultable gratuitement en ligne.


Image à la une : SNCF, direction de l’Équipement, Carte des concessions forestières du consortium forestier et maritime des chemins de fer français, mise à jour le 10 octobre 1967.



Citer ce billet
Romain Sanchez (2020, 3 août). Le Consortium ferroviaire français d’exploitation des bois exotiques au Gabon. Train et écologie, XIXe-XXIe siècles. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ut8x

  1. Léon Géraud, “Une exploitation industrielle de la forêt équatoriale”, Revue Générale des Chemins de Fer, 1928/03 []
  2. Consultable en ligne sur https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6370283t/f29.image.r=gabon. []
  3. Jean Alias, Note de synthèse des archives financières du consortium, conservées par la direction de l’Infrastructure de la SNCF, 1998. []
  4. Ibid []
  5. Édouard Perret, « Le Consortium forestier et maritime des chemins de fer français », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 27 | 2003, mis en ligne le 13 janvier 2015. URL : http://journals.openedition.org/rhcf/1864. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search