Traverses et controverses #8

Acteurs et enjeux de la controverse : Robin des bois et Sidénergie

En dehors de l’affaire Alain Wallas, les arguments d’un acteur en particulier sont incontournables dès que l’on s’intéresse à la question des traverses créosotées : l’association environnementale Robin des Bois. En effet aussi bien Alain Wallas que Sud Rail s’appuient sur les arguments développés antérieurement par cette structure centrale de la lutte contre les bois créosotés, qu’il s’agisse des traverses comme des poteaux en bois.

Logo de l’association Robin des Bois

La figure centrale de l’association est son président, Jacky Bonnemains. Après avoir adhéré à Greenpeace France en 1982, il en est exclu trois ans plus tard pour « excès d’indépendance1 », fonde l’association Robin des Bois et en est le président depuis. Il ne semble par ailleurs pas avoir de liens directs ou indirects avec le monde ferroviaire. L’association s’occupe par ailleurs d’un nombre de dossiers écologiques assez conséquent en dehors des traverses. Robin des Bois possède en effet un annuaire très varié de leurs actions : protection des animaux (contre le braconnage, l’exploitation intensive, la maltraitance), des végétaux, des forêts et des bois (pillage, surexploitation), défense de l’arctique, de la mer et des eaux douces, lutte contre la pollution marine, dénonciation des risques industriels, suivi des grands travaux, des sites pollués et des sites radioactifs, et enfin des déchets (dont le dossier sur la traverse de chemin de fer fait partie)2.

Dès 1996, Jacky Bonnemains a été amené à travailler sur le danger que représente la créosote pour l’environnement dans le cadre de la dépollution des ateliers de Surdon3. Suite à des actions de lobbying et à un échange de lettres entre d’un côté Robin des Bois et l’association locale l’Orne combattante et de l’autre la SNCF et les autorités étatiques, l’ancien atelier est dépollué à partir de 1999. Sur leur site Internet4, la première mention des traverses créosotées date du 17 juin 2003 et concerne l’utilisation de traverses créosotées par la société Sidénergie pour produire du charbon de bois domestique. Notons qu’à cette même époque, Jacky Bonnemains était membre de la Commission nationale d’aide de l’ADEME aux sites pollués. Par conséquent, nous pouvons supposer que le début de l’implication de Robin des Bois pour les traverses en elles-mêmes découle de la présence de son président dans cette commission de l’ADEME, Sidénergie étant implantée un ancien site d’exploitation de Péchiney. 

Les ateliers de Surdon au milieu du XXe siècle (carte postale). Source : Argentan web ferroviaire.

Depuis, l’association revient dans chaque débat, discussion, controverse ou fait divers qui implique les traverses créosotées. Dans un article de 2007, Robin des Bois annonce que l’association va mener une « campagne contre les déchets ferroviaires5 », en particulier contre les stocks de traverses-déchets abandonnées sur le bord des voies ou au sein des domaines de RFF puis SNCF Réseau. Robin des Bois a donc mené un raisonnement inductif : de problèmes particuliers comme la pollution des sols liée à une ancienne exploitation de créosotage ou comme la fabrication de charbon de bois domestique par Sidénergie à partir de traverses créosotées, l’association en a déduit que RFF puis SNCF ne possédait pas de réel débouché au problème des traverses traitées, qui risquaient donc année après année de s’accumuler et de poser de réels problèmes environnementaux.

C’est toujours dans cet esprit d’induction que l’association a lancé un « Tableau récapitulatif des alertes traverses6 », compilant un ensemble de problèmes et constatations locales liées aux traverses créosotées. Ce tableau recense des notes diverses, allant des considérations sanitaires liées à l’utilisation de bois traités par des particuliers : « Le détenteur a aménagé son jardin potager avec des traverses et s’interroge sur les risques pour la santé à consommer les légumes » ; au stockage et à la destruction de celles-ci « Le détenteur veut savoir comment se “débarrasser” de traverses et s’il est possible de les brûler dans sa cheminée » ; au fait de nommer des personnes possédant des traverses « Le voisin scie, travaille, et usine des traverses en bordure du jardin », ou la vente de celles-ci par par SNCF « Le détenteur a acheté des traverses à une équipe de la SNCF en gare de Boussens ».

Exemple : une page du tableau des “alertes traverses” (disponible sur le site de Robin des Bois)

Une grande diversité de cas particuliers locaux est ainsi recensée, ce qui prouve que l’association travaille à de multiples échelles allant du recueil de plaintes de particuliers à l’enquête menée auprès d’une usine locale (Sidénergie), d’une grande entreprise nationale qu’est la SNCF et à des actions de lobbying auprès d’instances étatiques comme les préfets et ministères.

Un autre acteur ayant eu une place importante au sein de cette controverse est la société Sidénergie. Proposant une pyrolyse des traverses en bois pour les transformer en charbon de bois à usage domestique, la société a été fortement critiquée, tant par des associations écologistes comme Robin des Bois ou Lot environnement, que par les habitants de Laval-de-Cère.

Pour Robin des Bois, l’entreprise est polluante et irrespectueuse de l’environnement : tout d’abord, les dérogations accordées à l’entreprise pour ce qui concerne les arrêtés de 1997 et 2003 reposent sur l’avis du CSHPF, mais au sein de cet avis des réserves strictes sont présentes quant à la fabrication du charbon. Il faut ainsi que « l’approvisionnement en traverses de chemin de fer soit de la même qualité, en particulier que les créosotes de pétroles soient exclues »7, ce que conteste Robin des Bois, arguant que la qualité des traverses et de la créosote sont très disparates d’une part en fonction des essences utilisées (chêne, hêtre, azobé) et de leur durée effective sur la voie. Par ailleurs il existe une forte disparité physico-chimique de la créosote. Ensuite, la fabrication de charbon de bois par Sidénergie contredirait selon Robin des Bois la norme européenne NF EN 1860-2 de juin 2005, qui stipule que le charbon de bois domestique est composé de « Matières solides ou compactées résultant de la carbonisation du bois par cuisson lente, exempt de toute trace de traitement et de produits chimiques »8 : les traverses ayant été préalablement traitées chimiquement, le charbon obtenu à partir de celles-ci ne serait pas conforme. Par ailleurs, Robin des Bois s’appuie sur l’article 15 du règlement (CE) n°1935/20049 portant sur l’étiquetage et la traçabilité des matériaux et objets destinés à entrer au contact des aliments pour démontrer que Sidénergie tout comme les enseignes vendant le charbon aux particuliers font preuve d’une certaine opacité envers les consommateurs10.

Les fumées émises par l’usine Sidénergie. Source : Robin des Bois.

Or Sidénergie tout comme les grandes enseignes de distribution qui ont vendu du charbon fabriqué à base de traverses créosotées (Intermarché et Leclerc, entre autres) n’ont pas affiché clairement sur leurs paquets de charbon de marque Braisal© le nom du transformateur du produit et n’y ont pas affiché un étiquetage ni une documentation ou des informations permettant d’identifier clairement l’origine et la traçabilité du produit. Enfin, Sidénergie faisait l’objet de nombreuses plaintes de la part des habitants de Laval de Cère qui se plaignaient de nuisances (odeurs et fumées) dégagées par l’entreprise, plaintes qui ont été classées sans suite. Sidénergie a définitivement stoppé son activité en 2014, mais des tentatives de vente du charbon produit jusqu’alors ont tout de même été faites : Geprocor, filiale responsable de l’export des produits Intermarché11, a en effet cherché a exporter les stocks de charbon restants suite à la fermeture de l’usine. C’est en tout cas ce qu’affirment plusieurs articles de presse présents dans Le Figaro ((Le Figaro, « Imbroglio autour de l’exportation des stocks de charbon pour barbecue d’Intermarché », 11 octobre 2013.)) ou encore le Journal de l’environnement12, en se basant sur l’association Lot environnement ou encore Robin des Bois. Le charbon, impropre à la consommation au sein de l’Union européenne, aurait été ainsi vendu au sein de pays-tiers au Maghreb, en Asie et en Europe de l’Est.


Notes de bas de page



Citer ce billet
Romain Sanchez (2022, 24 novembre). Traverses et controverses #8. Train et écologie, XIXe-XXIe siècles. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ut9r

  1. Ouest France, « Jacky Bonnemains, Robin des Bois », 13 novembre 2000. []
  2. Pour plus d’informations, consulter le site de Robin des Bois [en ligne, voir https://robindesbois.org/]. []
  3. Bonnemains, Jacky et Meite, Kalidjata. Traitement des déchets dangereux. La créosote et les bois traités à la créosote : les traverses de chemin de fer (annexes). Robin des Bois, Association de protection de l’Homme et de l’Environnement, avril 2007, pages 23-28, consultable sur http://www.robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/dossier-traverses_2007_annexes_robin-des-bois.pdf. []
  4. Voir https://robindesbois.org/. []
  5. Robin des Bois, « Des déchets dangereux sur Internet ou RFF et SNCF entre développement durable et duraille » [en ligne, disponible sur https://robindesbois.org/des-dechets-dangereux-sur-internet-ou-rff-et-scnf-entre-developpement-durable-et-duraille/]. []
  6. Robin des Bois, Tableau récapitulatif des alertes traverses reçues par Robin des Bois [en ligne, consultable sur http://robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/1-Tableau_traverses_robin-des-bois.pdf]. []
  7. Bonnemains, Jacky et Meite, Kalidjata. Que deviennent les déchets dangereux ? Le cas des traverses de chemin de fer traitées aux créosotes. Robin des Bois, Association de protection de l’Homme et de l’Environnement, avril 2007, p.46-51, consultable sur http://robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/dossier-traverses-2007_robin-des-bois.pdf. []
  8. FCBA, Référentiel de certification. Biocombustibles solides. Approuvé par la Directrice Générale d’AFNOR Certification, le 10/10/2013 [en ligne]. []
  9. Parlement et Conseil européens, Règlement (CE) n°1935/2004 du Parlement européen et du Conseil concernant les matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires [en ligne, consultable sur https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32004R1935&from=fr]. []
  10. Le règlement européen stipule en effet que  « les matériaux et objets non encore mis en contact avec des denrées alimentaires lors de leur commercialisation sont accompagnés des indications suivantes : […] le nom ou la raison sociale et, dans tous les cas, l’adresse ou le siège social du fabricant, du transformateur ou du vendeur responsable de la mise sur le marché établi dans la Communauté, […] et un étiquetage approprié ou une identification permettant la traçabilité du matériau ou objet, telle que visée à l’article 17 », l’article 17 stipulant que «  La traçabilité des matériaux et objets est assurée à tous les stades afin de faciliter les contrôles, le retrait des produits défectueux, l’information des consommateurs ainsi que la détermination des responsabilités […] Les matériaux et objets mis sur le marché dans la Communauté sont identifiables par un système approprié permettant leur traçabilité par le biais d’un étiquetage ou d’une documentation ou d’informations pertinentes ». []
  11. Leclerc ayant cessé de commercialiser le charbon produit par Sidénergie dès 2006. []
  12. Journal de l’environnement, « Le bois créosoté, un fardeau industriel qui se recycle mal », 9 octobre 2013. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search