Traverses et controverses #6

Revalorisations…ou incinération ?

Les traverses créosotées, bois de type C contenant un polluant, peuvent être brûlées dans des incinérateurs sous certaines précautions. Ci-dessus, image d’illustration d’un incinérateur de déchets domestiques.

Outre le stockage et l’abandon des traverses sur le bord des voies ou au sein des domaines appartenant à la SNCF, la revalorisation passe par trois processus différents comme nous l’avons vu : le réemploi, le recyclage et la valorisation thermique.


Le réemploi est le premier processus à envisager pour les traverses si l’on suit la logique des arrêtés européens. Malgré leur traitement chimique avec la créosote et leur usure due à des années d’utilisation, les traverses sont en effet réutilisées sur la voie (voir l’entretien avec Sophie Chambon dans l’article précédent). Auparavant, c’est-à-dire avant les interdictions de 1997 et 2003 ces traverses étaient parfois vendues, mais les ventes ont dû s’arrêter du fait de la législation française. Une étude de faisabilité portant sur la filière dédiée aux bois imprégnés réalisée par l’ADEME en 2005 et reprise par l’association Robin des Bois1, mentionne cependant que « 50% des traverses réformées, celles en meilleur état, sont vendues pour du réemploi à l’étranger, en particulier en Afrique, ou encore pour être utilisées en aménagements extérieurs à des particuliers, à des architectes, à des municipalités ». Ainsi cette étude invite donc à penser que les arrêtés de 1997 et 2003 peuvent être contournés par l’exportation des traverses à l’étranger. En 2013 cependant, l’Union européenne a interdit toute vente de produit contenant de la créosote, selon la directive 2011/71/UE de la Commission2.

Le recyclage est la seconde option disponible. Cependant, dans le cadre des traverses il ne semble pas que cela soit une fin en soi. Par recyclage des traverses, on entend en effet une transformation du déchet en un objet qui n’en est plus un. Ainsi, les parties métalliques peuvent être retirées des traverses, puis celles-ci peuvent être broyées afin d’en retirer des granulats de bois. Pour ce qui est des autres méthodes de recyclage, nous nous heurtons au même problème que pour le réemploi : à part par le processus de broyage, le recyclage du bois créosoté est impossible de par le fait qu’il est pollué chimiquement.

Enfin, la troisième option est la valorisation énergétique. Pour cette dernière, plusieurs procédés sont possibles : l’incinération, la co-incinération, la thermolyse, la gazéification ainsi que le procédé CHARTHERM. Sur ces cinq procédés, seuls les trois premiers ont été appliqués à une importante échelle sur les traverses en bois, mais il convient d’expliquer en quoi consistent les deux derniers3. Ainsi, la gazéification permet le traitement des bois imprégnés à l’aide d’une pyrolyse à très haute température (1 110°C – 1 500°C), mais aucun site de gazéification n’est actif à l’heure actuelle en France. Le procédé CHARTHERM visait quant à lui à brûler le bois à basse température (moins de 400°C) afin de le distiller et de séparer les éléments polluants irrécupérables du carbone pur. Cependant, la société Thermya qui avait lancé les recherches et créé un brevet, a abandonné les travaux d’installation d’une usine appliquant ce processus en 2010.

L’incinération et à la co-incinération sont donc les principaux moyens de traiter des traverses-déchets. Les traverses en bois, quelle que soit leur forme (broyées ou non), ont été imprégnées avec de la créosote : cette imprégnation de produit nocif les amène donc à rentrer dans les bois de catégorie C, c’est-à-dire les bois pollués. Les traverses ne peuvent donc pas être brulées dans n’importe quel incinérateur de déchets domestiques, mais uniquement dans des incinérateurs dotés de dispositifs anti-pollution et de filtres à air spécifiques.

Cela étant, la présence de créosote signifie aussi que les traverses sont très émettrices de chaleur étant donné que la créosote avec laquelle elles ont été imprégnées possède un fort potentiel calorifique. Le principe est simple : dans le cas de l’incinération, la chaleur induite par le brûlage s’échappe par une chaudière, qui transforme l’eau qu’elle contient en vapeur alimentant un alternateur produisant de l’énergie électrique.

Mode de fonctionnement d’un incinérateur de déchets domestiques (ici désigné comme “Unité de Valorisation Energétique”, ou UVE). Schéma : site de Sytraival.

Les poussières, gaz et fumées toxiques sont filtrés. Des seuils d’émissions maximum de certains de ces gaz et fumées sont en vigueur selon l’arrêté du 20/09/02 relatif aux installations d’incinération et de co-incinération de déchets dangereux4. Ainsi, sachant que les traverses sont des déchets dangereux et traités, un seuil d’incinération est fixé par site pour ne pas dépasser les valeurs citées dans le précédent arrêté. Un arrêté préfectoral précise les quantités maximales de déchets (dangereux et non-dangereux) admissibles au sein de chaque incinérateur.

Dans le cas de la co-incinération, les traverses (déferraillées et souvent broyées) sont brûlées en même temps qu’un autre matériau. Cette démarche a pour but de produire de la chaleur, qui sera utilisée soit pour produire de l’électricité dans le cas des centrales biomasse, soit pour produire du ciment dans le cas des cimenteries. Dans un cas comme dans l’autre, la particularité de la co-incinération est, comme son nom l’indique, le fait que les traverses soient brûlées avec un autre matériau : parquet, portes, palettes et mobilier dans le cas des centrales biomasse5 ; charbon, pneus, boues de station d’épuration, noyaux d’olives ou farines animales pour les cimenteries6. Une fois encore, une telle incinération suppose une bonne filtration des gaz et fumées toxiques qui s’en échappent.

Les traverses peuvent être utilisées comme combustible dans le cadre des cimenteries, avec d’autres déchets7

Parmi les formes de valorisation énergétique, un procédé a fait parler de lui jusqu’à son arrêt en 2014 : il s’agit de la pyrolyse des traverses afin de réaliser du charbon de bois à usage domestique. Ce procédé était réalisé par l’usine Sidénergie à Laval-de-Cère dans le Lot, non loin du centre de créosotage de Biars-sur-Cère. Selon le site Internet de Sidénergie, leur processus était en « conformité sur toute la ligne8 ». La thermolyse que cette société utilise repose sur le brûlage à basse température des traverses (380°C) en l’absence d’air, ce qui a pour conséquence de séparer la créosote qui se transformerait en gaz, du bois « pur » qui serait lui carbonisé. La créosote vaporisée était ensuite brûlée à haute température pour être éliminée, tandis que le charbon de bois ainsi obtenu était présenté comme complètement dépollué et donc conforme à une utilisation domestique.

Un aperçu de l’usine Sidénergie à Laval-de-Cère9.

Pour justifier ses dires, Sidénergie s’appuie sur les avis rendus par la DGCCRF, par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, et par le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France qui déclare que « [l]’usage du charbon de bois fabriqué à partir de traverses de chemin de fer créosotées, avec le procédé utilisé par la société Sidénergie, n’entraîne pas de risques particuliers pour la santé humaine » (1999). Sidénergie précise que le cadre de son activité ne rentre pas dans les arrêtés de 1997 et 2003 car elle possède d’un régime dérogatoire et d’arrêtés préfectoraux spécifiques. Cependant, son activité a été définitivement arrêtée en 2014.

Robin des Bois préconisait à la fin de son rapport en 2007 d’utiliser les traverses-déchets dans le but d’une valorisation énergétique par brûlage des traverses et filtration des gaz et fumées toxiques, « ou par toute autre solution innovante, susceptible, en particulier, de satisfaire rapidement à la hausse attendue des tonnages de traverses usagées à éliminer10 ». Force est de constater que quelques années après la production de ce rapport, une « solution innovante » au problème des traverses-déchets n’a toujours pas été trouvée, et donc que l’incinération des traverses reste la voie privilégiée pour leur élimination.

Précisons pour terminer que la quantité globale de déchets à traiter chaque année dans l’Hexagone est colossale : les 50 000 tonnes de traverses créosotées demandant une attention toute particulière de filtrage des composés volatils lors de leur incinération ne représentent ainsi que 0,32% des 15 400 000 tonnes de déchets incinérés par an en France11. Mais même ce total reste faible par rapport aux 324 500 000 tonnes de déchets produits annuellement en France12.


Notes de bas de page



Citer ce billet
Romain Sanchez (2022, 30 juin). Traverses et controverses #6. Train et écologie, XIXe-XXIe siècles. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ut9m

  1. Bonnemains, Jacky et Meite, Kalidjata. Traitement des déchets dangereux. La créosote et les bois traités à la créosote : les traverses de chemin de fer (annexes). Robin des Bois, Association de protection de l’Homme et de l’Environnement, avril 2007, page 45, consultable sur http://www.robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/dossier-traverses_2007_annexes_robin-des-bois.pdf. Cependant, cette note de l’ADEME n’est pas trouvable sur son propre site Internet. []
  2. Commission européenne, directive 2011/71/UE de la Commission du 26 juillet 2011 modifiant la directive 98/8/CE du Parlement européen et du Conseil aux fins de l’inscription de la créosote en tant que substance active à l’annexe I de ladite directive Texte présentant de l’intérêt pour l’EEE [en ligne, consultable sur https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32011L0071]. []
  3. Clerc, Frédéric et Poirot, Pascal. « Approche des risques chimiques dans le secteur du traitement des déchets de bois dangereux », Hygiène et sécurité au travail, INRS, premier trimestre 2013,  230. Consultable en intégralité (format .PDF) sur http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=PR%2050, p.39-40. []
  4. Arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux installations d’incinération et de co-incinération de déchets non dangereux et aux installations incinérant des déchets d’activités de soins à risques infectieux [en ligne, consultable sur le site legifrance.gouv.fr]. Monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, ammoniac, dioxyde d’azote, chlorure et fluorure d’hydrogène sont les principaux gaz et fumées dangereux. []
  5. L’Est Républicain, « De l’énergie avec les traverses ferroviaires », 3 octobre 2017. []
  6. Production du ciment Portland : le process [vidéo consultée en ligne sur https://www.infociments.fr/ciments/fabrication-du-ciment-le-process]. []
  7. “Process de fabrication du ciment – Ciments Calcia”, vidéo YouTube consultée le 17-06-2022 : Process de fabrication du ciment – Ciments Calcia – YouTube []
  8. Descriptif technique de l’activité  [en ligne, consultable sur http://www.sidenergie.com/?page_id=99]. []
  9. La Dépêche, “Laval-de-Cère. Sidénergie ferme, 25 emplois supprimés”, 2013, crédit photo : DDM/Archives, voir https://www.ladepeche.fr/article/2013/05/15/1626759-laval-de-cere-sidenergie-ferme-25-emplois-supprimes.html []
  10. Bonnemains, Jacky et Meite, Kalidjata, op.cit, p.54. []
  11. ADEME, L’essentiel de l’incinération [en ligne]. []
  12. L’Usine Nouvelle, « [Infographie] Quand la France met le nez dans ses déchets… », 30 octobre 2019. Sur ces 324,5 millions de tonnes, 3,8 proviennent des collectivités, 30,6 des ménages, 62,5 de l’industrie et du commerce (dont les 50 000 tonnes de traverses font partie), et 227,6 des travaux publics. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search