Traverses et controverses #5

5. Stockage, valorisation, recyclage et réemploi

Des traverses que nous pourrions qualifier de traverses-déchets, sorties du réseau ferroviaire (image d’illustration).

La traverse-utile est un investissement pour l’entreprise qui l’utilise. Relativement peu chère à acheter et à traiter, elle est très rentable étant donné qu’une fois placée sur la voie, elle coûte peu et ne fait pas l’objet de critiques particulières. Malgré les éventuels effets néfastes que la traverse créosotée exerce sur la biosphère (par le biais d’une pollution diffuse dans l’air par évaporation, et du sol par ruissellement comme évoqué dans nos articles précédents), après plus d’un siècle d’utilisation la traverse-utile passe inaperçue au sein de son environnement ferroviaire. Son rapport coût/avantage est donc largement bénéfique pour son exploitant.

Cependant, dès que la traverse se dégrade et doit être remplacée, ce rapport s’inverse et la traverse-déchet ne possède plus réellement d’avantage pour son exploitant : c’est un déchet dangereux, décrié, encombrant, dont un certain nombre est encore abandonné le long des voies. Un tel stockage de traverses-déchets ne coûte certes rien à son propriétaire, mais ne lui rapporte rien non plus, ni économiquement, ni en termes d’image.

Une autre option, plus morale et plus rentable, est la valorisation1 ou revalorisation des traverses créosotées. La quantité de traverses en bois créosoté que la SNCF retire du réseau ferroviaire chaque année est conséquente : près de 500 000 tonnes en tout entre seront retirées entre 2014 et 2024 selon un document RFF/SNCF de 20142.

Par ailleurs, selon ce même document, trois axes sont envisagés pour cette valorisation, par ordre de priorité : le premier est le réemploi, le second le recyclage3 et le troisième la valorisation énergétique. Enfin, si aucune de ces solutions n’est possible, le déchet est éliminé.

Le réemploi est ici envisagé « dans le domaine ferroviaire ». Pour comprendre ce que cette expression signifie, nous pouvons lire une interview de « deux acteurs clés du groupe SNCF sur ces questions : Sophie Chambon, Directrice RSE et Développement Durable du Groupe SNCF, et Louise François, référente Qualité Environnementale du bâtiment chez AREP » lors d’un entretien sur le blog Futur.e.s appartenant au groupe Cap Digital4.

Quand Sophie Chambon est interrogée sur sa définition du réemploi dans un contexte d’objectif zéro déchet pour la SNCF d’ici 2035, elle explique : « Dans la région de Carcassonne par exemple, lorsque vous prenez le train, vous roulez déjà sur des lignes rénovées grâce à notre politique du zéro déchet. Concrètement, nous avons enlevé une partie des rails et traverses […] sur une première ligne ferroviaire en chantier, et nous avons ensuite réemployé ces matériaux sur la ligne Carcassonne – Limoux, elle-même en cours de rénovation. Évidemment les exigences de sécurité sont les mêmes que pour du neuf. Le grand avantage de ce système est qu’il nous a permis de doubler le nombre de voies de chemin de fer renouvelées dans cette zone ! ».

Quant à la revente à des particuliers ou à des collectivités locales de l’Hexagone, elle est évidemment exclue depuis 2003. La seconde option de valorisation est le recyclage. Par ce mot, SNCF entend principalement le broyage des traverses. Mais le recyclage en granulats n’est pas une finalité en soi pour le bois : ces granulats sont destinés à une co-incinération dans le cadre d’une cimenterie ou de la biomasse.

Les bois créosotés (dans cette image, des poteaux utilisés pour les télécommunications) peuvent être recyclés par un processus de broyage une fois qu’ils sont sortis du réseau5.

Ce qui nous amène à la troisième option, la valorisation énergétique, qui peut prendre trois formes différentes dans le cas des traverses :

  • D’une part, les traverses-déchets non broyées pouvaient être brûlées via un processus de thermolyse, et ainsi transformées en charbon de bois à finalité domestique. Ce procédé n’est cependant plus utilisé de nos jours, mais nous y reviendrons dans une prochaine publication.
  • D’autre part, le brûlage de granulats de traverses recyclées peut avoir lieu dans des cimenteries grâce à un processus de co-incinération.
  • Enfin, les traverses retirées du réseau pouvaient être brûlées dans des incinérateurs.

Quoi qu’il en soit, nous observons que ces axes dépendent de l’article 4 paragraphe 1 de la directive européenne 2008/98/CE relative aux déchets6, créant une sorte de pyramide de l’utilisation idéale des traverses, que nous pourrions représenter de la manière suivante :

“Pyramide” de l’utilisation des traverses, une fois que celles-ci ont dépassé leur durée de vie.
Soit la traverse reste au sein du système ferroviaire, auquel cas elle reste utile, soit elle en sort et devient alors déchet. Source de l’illustration : auteur.

Mais comme nous allons le voir, la revalorisation des traverses se traduit bien souvent uniquement par une incinération.


Par ailleurs, il faut ainsi bien distinguer les différents termes utilisés pour désigner l’état des déchets. C’est ce qu’explique Louise François dans l’entretien cité précédemment, quand elle a été interrogée sur la question du greenwashing7 :

« Un des points qui me semble important pour éviter le greenwashing, c’est de faire attention à la terminologie employée. Quand on parle de réemploi et de recyclage, dans les deux cas, on parle de revalorisation des déchets. Or, les deux impliquent des actions très différentes : avec le réemploi on va dépenser moins d’énergie même si on transforme à minima le matériau, avec le recyclage, on va faire fondre du verre, de l’acier, et émettre beaucoup plus de CO2. Pourtant, on peut facilement dire : ” j’ai fait de la valorisation des déchets sur mon chantier ”, alors qu’on a tout mis à brûler à deux mille degrés. Bien sûr, c’est mieux que d’enfouir ses déchets, mais ce n’est pas l’idéal. Donc je pense que les entreprises doivent être plus fermes sur les termes employés et que le grand public soit très attentif au vocabulaire. Il pourra ainsi identifier les projets véritablement exemplaires et ceux qui font semblant ».

S’il est certain que SNCF fournit des efforts dans la prise en compte des dimensions environnementales de ses projets et que réemploi comme recyclage représentent une (re)valorisation des déchets, force est de constater qu’il réside malheureusement une certaine forme d’opacité au sein du groupe en ce qui concerne ces questions. Ainsi, voici un extrait du dossier de presse portant sur la transition écologique des mobilités de 20198 :

Si la distinction entre réemploi et recyclage est bien réalisée pour le ballast et les rails, ce n’est malheureusement pas le cas ni avec le cuivre des caténaires ni avec les traverses, qui ne sont par ailleurs pas séparées en termes statistiques entre béton et bois, alors que leur conception ainsi que le traitement à adopter sont bien sûr différents (la revalorisation énergétique par incinération ou thermolyse des traverses en béton semblant quelque peu compromise).

Il n’est ainsi pas précisé la part de traverses en bois créosoté qui ont été valorisées en 2018, ni parmi ces traverses combien de tonnes ont été réemployées, recyclées ou revalorisées thermiquement.

Cela ne démontre évidemment pas que la SNCF pratique du greenwashing sur ce sujet, mais il reste dommage qu’une plus grande lisibilité et traçabilité des processus ne soit visible, afin de distinguer clairement ce qui a été « mis à brûler à 2000 degrés » de ce qui se retrouve « en sous-couche routière » ou en « blocs de béton pour le BTP »9.


Notes de bas de page

  1. Selon l’article 3 paragraphe 15 de la Directive 2008/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 novembre 2008 relative aux déchets, la valorisation est “toute opération dont le résultat principal est que des déchets servent à des fins utiles en remplaçant d’autres matières qui auraient été utilisées à une fin particulière, ou que des déchets soient préparés pour être utilisés à cette fin, dans l’usine ou dans l’ensemble de l’économie”. []
  2. Selon un appel à candidatures lancé par SNCF et RFF en 2014 : SNCF, RFF, Valorisation des bois créosotés du réseau ferré national, 22 juillet 2014 [en ligne, consultable sur http://medias.sncf.com/sncfcom/fournisseur/APPEL_A_CANDIDATURE_VENTE_TB_2014.pdf). []
  3. “Toute opération de valorisation par laquelle les déchets sont retraités en produits, matières ou substances aux fins de leur fonction initiale ou à d’autres fins. Cela inclut le retraitement des matières organiques, mais n’inclut pas la valorisation énergétique, la conversion pour l’utilisation comme combustible ou pour des opérations de remblayage”, toujours selon l’article 3 paragraphe 15 de la Directive 2008/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 novembre 2008 relative aux déchets []
  4. Futur.e.s blog, « La SNCF raccroche les wagons du zéro déchet », 4 juillet 2019 [en ligne, consultable sur https://blog.futuresfestivals.com/la-sncf-raccroche-les-wagons-du-zero-dechet/]. []
  5. Image issue du site SRB Environnement : https://srb-environnement.com/recyclage-valorisation-du-bois-dangereux-classe-c/ []
  6. Parlement et Conseil européens, Directive 2008/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 novembre 2008 relative aux déchets et abrogeant certaines directives [en ligne, consultable sur https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019818802&categorieLien=id]. []
  7. Ou Blanchiment écologique en français, c’est-à-dire un procédé utilisé par les entreprises et caractérisé par un positionnement et une communication écologique abusive ou malhonnête, à des fins de marketing. []
  8. SNCF, SNCF : Une entreprise citoyenne, moteur de la transition écologique des mobilités, Saint-Denis, le 25 juin 2019 [en ligne, consultable sur https://www.sncf.com/sites/default/files/press_release/DossierPresse_SNCF_D%C3%A9veloppement%20durable_VF-25juin.pdf]. []
  9. SNCF, Le recyclage des voies : rail, ballast et traverses, [en ligne, vidéo YouTube disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=Cf_1ifeoV60]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.