Traverses et controverses #4

4. Quel parcours pour la traverse-déchet ? De l’interdiction au marché gris

Des traverses dans un jardin, utilisées dans le cadre d’un aménagement extérieur.

Jusqu’à récemment, les traverses de chemin de fer usagées pouvaient trouver une seconde vie au sein des jardins et habitations des particuliers, voire dans les projets portés par les collectivités locales. En effet, avant l’arrêté du 7 août 1997 relatif aux limitations de mise sur le marché et d’emploi de certains produits contenant des substances dangereuses1, il n’était légalement pas interdit en France de réutiliser des anciennes traverses créosotées dans son jardin voire à l’intérieur de chez-soi. Ainsi, RFF était en mesure de revendre ses anciennes traverses à des spécialistes de l’aménagement et autres grossistes, qui à leur tour les revendaient à des particuliers pour des usages variés. La traverse-déchet trouve par ce biais une seconde vie, et un moyen de redevenir une traverse-utile. Qu’il s’agisse de bancs publics, de terrasses, d’escaliers, de bordures et de murets utilisés autour de terrains hippiques ou de terrains de pétanque, de pourtours de piscines, d’aménagements de potagers ou de charpentes domestiques, les traverses semblaient alors avoir un potentiel très vaste dans le domaine de l’aménagement :

Cependant, après l’arrêté de 1997 et d’autant plus après son amendement en 20032, l’utilisation des bois traités à la créosote a été encadrée et, en théorie, fortement limitée. Ainsi l’arrêté de 1997 stipule que la mise à disposition de la créosote au public doit être interdite, et réservée au « cadre d’un usage professionnel ». L’arrêté de 2003 précise quant à lui que « L’usage des bois traités […] est exclusivement professionnel et industriel, tel que, par exemple, pour les voies de chemin de fer, les lignes électriques, les clôtures, l’agriculture (par exemple, échalas d’arbres fruitiers), les installations portuaires ou les voies fluviales ». Une interdiction pure et simple s’applique quant à toute autre utilisation du bois créosoté à la suite de cet arrêté (au sein des parcs et autres aires collectives, des habitations, des jouets, des meubles de jardin, conteneurs agricoles et emballages alimentaires). En théorie, le public ne doit pas être en mesure, après l’arrêté de 2003, d’entrer en contact direct avec les bois créosotés, qu’ils aient été traités en France ou à l’étranger puis importés dans l’Hexagone.

En pratique cependant, des acteurs tels que l’association Robin des Bois ont relevé de nombreuses infractions à ces arrêtés. Afin de donner un ordre d’idées, les quatre photographies présentes sur la page précédente sont extraites d’un rapport réalisé par Robin des Bois en 2008, – soit cinq ans après l’arrêté de 2003 – et démontrent que malgré l’interdiction généralisée, particuliers et collectivités continuent d’utiliser des bois créosotés. L’association tient même un tableau composé d’ « Alertes traverses », des signalements d’utilisation de traverses créosotées envoyés par des particuliers3.

Ainsi, Le Figaro qualifiait en 2007 la revente d’anciennes traverses de « dangereux business »4, étant donné que ce marché, en plus de prendre des risques pour la santé tant des vendeurs que des acheteurs, était devenu illégal étant donné que toute vente d’ancienne traverse est interdite depuis 2003, le terme business tenant ici une connotation très négative. Dorénavant, la revente de ces traverses n’est plus un phénomène généralisé : il suffit pour s’en rendre compte de parcourir les différents sites Internet proposant à la vente des traverses en bois. Ainsi, sur les sites des grossistes en bois ou des magasins de bricolage les traverses créosotées ont cédé leur place soit à des traverses brutes, soit à des traverses traitées à l’aide d’autres produits moins nocifs comme les sels de cuivre. Par ailleurs la condamnation de la créosote sur ces sites est unanime : sur le site Tropical Woods il est stipulé que « La Créosote […] est hautement cancérigène, et la vente de tous produits en contenant est interdite aux particuliers »5, tandis que DPI France déclare que « Ces traverses en chêne traitées à la créosote en provenance de lignes de chemin de fer ont été supprimées de la vente en général en France »6.

Les quelques rares traverses traitées à la créosote toujours en vente en 2020 (qu’elles proviennent de France ou soient importées) peuvent être trouvées sur des sites marchands proposant des ventes de particulier à particulier tels que Leboncoin ou ParuVendu. Nous sommes donc à présent loin d’un réel business mais plus proches de particuliers agissant au sein d’une zone grise, récupérant par leurs propres moyens des traverses et tentant de les revendre sur Internet malgré la double interdiction que représente d’une part le vol d’un objet appartenant jusqu’à preuve du contraire à un autre acteur (en l’occurrence, SNCF Réseau), et d’autre part le recel d’un objet qui ne devrait pas être revendu pour des raisons sanitaires. Mais s’il existe tout de même une certaine offre malgré cette interdiction, cela peut nous amener à nous poser la question de la demande.

Il existe en effet plusieurs raisons pour lesquelles ces traverses pourraient avoir un intérêt pour certains acteurs. D’une part, les traverses représentent une part du patrimoine ferroviaire, une part d’histoire et certains particuliers pourraient ainsi vouloir en acquérir au nom d’une certaine nostalgie de cet objet anobli par son utilisation sur le réseau de chemin de fer. Cet élément est vrai à la fois pour les personnes appréciant les traverses dans leur ensemble mais aussi pour les claviphiles, c’est-à-dire les collectionneurs des éléments métalliques d’une traverse (clous d’identification et tire-fonds).

Exemples de clous d’identification présents sur les traverses7.

D’autre part, la traverse est le plus souvent constituée de chêne, un bois dur et noble qui possède par ailleurs d’excellentes propriétés mécaniques. Le chêne est dense, résistant, et les traverses-déchets qui en sont constituées sont le plus souvent peu chères sur le marché gris. De quoi, pour certaines personnes peu regardantes ou conscientes sur les normes de sécurité actuelles, s’équiper d’un bon bois pour peu cher, qui plus est un bois déjà traité donc utilisable en extérieur pour un long laps de temps sans demander d’entretien. Les traverses seraient donc pour certains un moyen de recycler du bois à bas prix, à la manière de l’offre croissante de meubles réalisés à partir d’anciennes palettes. Mais la différence légale et sanitaire entre ces deux bois est colossale : les palettes ne sont pas dangereuses pour la santé ni interdites à la vente, tandis que les traverses contiennent un produit cancérigène et leur vente à des particuliers ainsi que leur utilisation par ceux-ci sont interdites.


Mais maintenant que l’utilisation de ces traverses est – en théorie – interdite, comment peut-on les utiliser autrement une fois qu’elles ont rempli leur mission en assurant le passage des trains sur une ligne pendant plusieurs années ? Il y aurait-il un moyen de les stocker, de les valoriser, de les réemployer ? Pour le savoir, rendez-vous au prochain numéro !

Notes de bas de page

  1. Arrêté du 7 août 1997 relatif aux limitations de mise sur le marché et d’emploi de certains produits contenant des substances dangereuses, Legifrance.gouv.fr [en ligne]. []
  2. Arrêté du 2 juin 2003 modifiant l’arrêté du 7 août 1997 relatif aux limitations de mise sur le marché et d’emploi de certains produits contenant des substances dangereuses, Legifrance.gouv.fr [en ligne]. []
  3. Robin des Bois, Tableau récapitulatif des alertes traverses reçues par Robin des Bois [en ligne, consultable sur http://robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/1-Tableau_traverses_robin-des-bois.pdf]. []
  4. « Le dangereux business de la traverse de chemin de fer », Le Figaro, 9 mai 2007 []
  5. Site Tropical Woods [en ligne], consulté le 27/05/20. []
  6. Site DPI France [en ligne], consulté le 27/05/20. []
  7. Service Archives Documentaires SNCF (SARDO). Entrer au chemin de fer à l’époque des compagnies, document PDF de l’exposition de 2017 [en ligne, consulté le 28/05/20 sur : http://www.copef.org/resources/PRESENTATION-EXPOSITION-SARDO-27112017-HB1ADB.pdf]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.