Traverses et controverses #3

3. Du bois au déchet dangereux : quelles appellations pour les traverses de chemins de fer ?

Une clôture d’anciennes traverses de chemins de fer. Image d’illustration – Pixabay.

Les traverses possèdent, comme nous l’avons vu, des propriétés toxiques à la fois pour l’homme et l’environnement. Toutefois, qui n’a jamais vu le long des voies, ou même en pleine nature, une pile d’anciennes traverses abandonnées ? Et même au sein des villes et des maisons, où ces traverses s’invitaient en tant que mobilier urbain ou clôture improvisée.

Alors, la traverse aurait elle une seconde vie une fois sa fonction primaire terminée, et à quel moment passe-t-elle d’utile à dangereuse ? Un élément de réponse se trouve peut être dans la manière dont elle est perçue.


Les différentes appellations que peuvent prendre les traverses en bois nous renseignent particulièrement sur les différentes utilisations qu’elles peuvent avoir au fil des années. À l’origine, la traverse n’est ni plus ni moins qu’un long morceau de bois issu d’une bille de chêne.

Ce n’est qu’une fois coupée et équarrie qu’une traverse est réellement qualifiée comme telle. Le qualificatif blanche, ou brute, est à ce stade rajouté après le mot traverse, pour signifier que celle-ci n’a pas encore été soumise ni au processus complet de dessication, de perçage, d’entaillage puis de traitement chimique. Une fois la traverse créosotée, l’expression de chemin de fer est souvent rajoutée après son nom, pour signifier qu’elle appartient dorénavant pleinement au réseau au sein duquel elle passera plusieurs dizaines d’années.

Nous pouvons ici observer un certain processus d’anoblissement par le chemin de fer, ce dernier conférant un statut particulier à la traverse. C’est à ce stade que la traverse passe relativement inaperçue, malgré le fait qu’elle ait subi un traitement chimique : même les acteurs les plus engagés contre l’utilisation de la créosote et ayant étudié la question en profondeur – à l’instar de l’association Robin des Bois et de son rapport de 2007 sur l’utilisation de traverses en bois sur le réseau ferroviaire français – ne critiquent pas l’utilité de la traverse sur le réseau1.

L’utilité de la traverse en bois posée sur la voie n’est donc jamais remise en question, étant donné qu’elle fait partie d’un tout, et qu’elle est un élément essentiel permettant au réseau de fonctionner. Cependant, même un traitement chimique à base de créosote ne confère pas à la traverse de chemin de fer une durée de vie illimitée. Au bout de quelques dizaines d’années – selon de nombreuses variables telles que le climat, le volume du trafic et de l’inclinaison de la voie ou encore la présence ou non de certaines bactéries et d’insectes xylophages – la traverse finit par devenir trop ancienne et doit alors être enlevée pour être remplacée par une traverse neuve lors d’une opération de maintenance de la voie.

C’est à partir de ce moment-là de sa vie, c’est-à-dire lorsqu’elle n’est plus utile, qu’une traverse devient alors un déchet. Rappelons qu’est considéré comme un déchet, selon la directive européenne 2008/98/CE, « toute substance ou tout objet, dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire2 ». En enlevant la traverse du réseau, l’opérateur ferroviaire s’en défait bel et bien étant donné qu’une traverse usée par plusieurs dizaines d’années d’utilisation et mise en dehors du réseau ne lui est plus utile. Jusque-là, la traverse ne possède pas une connotation plus négative que tout autre déchet potentiellement recyclable comme, à titre de comparaison, une cannette de soda. Ce qui différencie la traverse de la cannette de soda, c’est l’adjectif dangereux rajouté après le nom déchet. En effet, toujours selon cette directive, un déchet est qualifié de dangereux à partir du moment où il possède une ou plusieurs propriétés qui le rendent comme tel, dans notre cas des propriétés irritantes, nocives, toxiques pour la reproduction, mutagènes, cancérogènes, et écotoxiques. La connotation négative de la traverse a donc pour origine la dangerosité du produit appliqué sur celle-ci, mais pas seulement : cette connotation arrive seulement après sa mise au rebut, ce qui pourrait laisser penser que le statut de l’objet en question compte ici tout autant que sa toxicité.

La traverse-utile est donc utile avant tout, tandis que la traverse-déchet est dangereuse avant tout. Le caractère dangereux est donc uniquement accepté lorsqu’il n’y a plus d’utilité à l’objet en question. Ce raisonnement n’est pas infondé, dans le sens où la traverse-utile, sur la voie, n’est pas en contact direct avec le public, tandis que la traverse-déchet peut l’être lorsqu’elle est par exemple laissée à l’abandon sur le bord des voies.

D’anciennes traverses maintenant abandonnées le long d’une voie. Source : Le Figaro.

Cependant, le caractère dangereux des traverses ressort uniquement au niveau du contact potentiel avec les êtres humains, mais pas avec les animaux ou l’environnement lorsque la traverse est en utilisation.

La dangerosité du produit semble donc être évaluée en fonction des humains seuls, or nous savons que la créosote est extrêmement nocive pour l’ensemble de la faune et de la flore. Cette particularité de la traverse-déchet se retrouve très souvent au sein des titres d’articles de presse traitant de la question des traverses créosotées.

Si certains titres, évoquant des « traverses dangereuses3 », restent assez neutres, d’autres sont plus accrocheurs. Ainsi, Ouest France avertit ses lecteurs : « Gare aux vieilles traverses de chemin de fer !4 », qui sont aussi selon Le Progrès des « déchets embarrassants5 ». Un grand nombre d’adjectifs péjoratifs sont ainsi régulièrement associés aux traverses, cancérigène et toxique étant de loin les plus récurrents.

La majorité des articles abordent donc les traverses-déchets comme des objets dangereux, qu’il faudrait éloigner de tous à tout prix, mais sans évoquer de possibles solutions au problème. Enfin, seuls quelques rares articlesabordent un sujet pourtant capital : celui du recyclage de ces traverses6.


À travers la simple étude des titres d’articles de presse ayant pour sujet la créosote sur la période 2007-2020, nous pouvons donc nous apercevoir qu’une certaine inquiétude entoure la question de la gestion des traverses-déchets, et plus largement du recyclage des bois créosotés.

Cette inquiétude est-elle justifiée, et comment cette gestion a-t-elle été réalisée au fil des ans ? C’est ce que nous découvrirons lors de la suite de notre étude.

Notes de bas de page

  1. Bonnemains, Jacky et Meite, Kalidjata. Que deviennent les déchets dangereux ? Le cas des traverses de chemin de fer traitées aux créosotes. Robin des Bois, Association de protection de l’Homme et de l’Environnement, avril 2007, consultable sur http://robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/dossier-traverses-2007_robin-des-bois.pdf []
  2. Selon l’article 3 de la Directive 2008/98/CE et L.541-1-1 du Code de l’environnement. []
  3. « La traverse de chemin de fer est un déchet dangereux », Le Progrès, 04 février 2008. []
  4. « Gare aux vieilles traverses de chemins de fer ! », Ouest France, 06 juin 2007. []
  5. « Des déchets embarrassants sur la ligne TGV des Carpates », Le Progrès, 01 décembre 2008. []
  6. Voir « Déchets : recycler tous les bois traités », Environnement magazine, 01 octobre 2006, « La deuxième vie des traverses de chemin de fer », Sud Ouest, 13 août 2010, et « Le bois créosoté, un fardeau industriel qui se recycle mal », Journal de l’Environnement, 09 octobre 2013. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.