Traverses et controverses #2

2. La créosote, quel impact sur l’environnement ?

Photo en gros plan de bois créosoté, vraisemblablement un poteau électrique dans un champ. Notons comment, à l’instar de la résine, la créosote “remonte” à la surface du bois traité au fur et à mesure du temps selon les conditions climatiques1 .

Les rapports et articles scientifiques et gouvernementaux étudiant la toxicité de la créosote pour l’environnement sont relativement nombreux. Dans le cadre de notre étude, nous en avons sélectionné six (toutes en ligne et pouvant être consultées à tout moment) provenant d’acteurs, de temporalités et de lieux différents dans le but d’avoir une approche synthétique, mais qui reste variée :

  • une Évaluation des impacts d’une interdiction d’utilisation de la créosote en France (Ministère de la transition écologique et solidaire et Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable, 2017, France)2,
  • un article « Approche des risques chimiques dans le secteur du traitement des déchets de bois dangereux » (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, 2013, France)3,
  • undossier intitulé Les données de l’IBGE : Interface santé et environnement. La créosote (Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement, 2011, Belgique)4,
  • un dossier intitulé Que deviennent les déchets dangereux ? Le cas des traverses de chemin de fer traitées aux créosotes (association Robin des Bois, 2007, France)5,
  • une fiche de synthèse pédagogique sur La créosote (Université de Nantes, France)6,
  • enfin, un rapport d’évaluation sur les Matières résiduaires imprégnées de créosote (Gouvernement canadien, 1994, Canada)7

Seul un nombre infime d’études produites par un acteur majeur directement concerné par la gestion et la possible ré-utilisation du grand nombre de traverses et poteaux en bois créosoté en France (RFF puis SNCF Réseau, RTE, Enedis) et accessible au grand public ont été trouvées lors de nos recherches menées en 20208.


Globalement, les articles et rapports cités ci-dessus vont tous dans la même direction : la créosote est non seulement un produit nocif pour l’Homme, mais aussi pour l’environnement. Au niveau européen, une étude-pilote a été menée par la Suède, État membre rapporteur pour l’examen de la directive européenne 2011/71/UE qui stipule les conditions dans lesquelles les pays membres de l’UE peuvent ou non utiliser la créosote. Dans le cadre de cette directive, les États-membres demandaient à utiliser la créosote pour la protection des traverses de chemin de fer et des poteaux en bois et celle des murs anti-bruit, des barrières domestiques, des maisons, des ponts sur les étangs et lacs, des quais pour les ports ou encore des barrières hippiques et agricoles, et des tuteurs pour les arbres fruitiers.

En raison de la toxicité du produit, la Suède n’a retenu que deux usages de la créosote : le traitement des traverses de chemin de fer et des poteaux en bois des réseaux téléphoniques et électriques, c’est-à-dire certains usages professionnels requérant une protection adéquate du personnel au contact de la créosote. L’exposition secondaire, celle du public, est jugée comme acceptable étant donné que ce dernier n’est pas censé rentrer en contact direct ni avec les traverses ni avec les poteaux.

Du point de vue environnemental, l’étude suédoise menée pour l’UE a conclu que tout scénario au sein duquel le bois traité à la créosote entre en contact avec le sol, l’eau salée ou l’eau douce présente « un risque inacceptable pour l’environnement […] car la concentration prévisible dans l’environnement (Previsible environmental concentration ou PEC) suite à la lixiviation est supérieure à la concentration prévue comme sans effet (Predicted non effect concentration ou PNEC). Cette PEC est fonction de la quantité de créosote utilisée pour l’imprégnation du bois, de la surface et de la durée de contact avec l’eau ou le sol9 ».

Cependant, à défaut d’avoir trouvé un produit de substitution aussi efficace que la créosote et plus respectueux de l’environnement, son usage a été conservé pour les traverses et les poteaux. Pour les traverses, le béton est une alternative certes moins dangereuse pour la santé en cas de contact direct mais des contraintes techniques persistent. Mais l’argument est ici surtout économique : ainsi, en France chaque année environ 100 millions d’euros sont investis par la SNCF dans l’achat et la pose de traverses créosotées, contre  1 150 millions d’euros dans l’achat et la pose de traverses en béton dans le cadre de l’entretien des voies et de la construction de nouvelles lignes10.

Précisons tout de même que cette étude suédoise a été menée en 2017 dans un pays qui n’est pas la France, les facteurs ayant pu avoir une influence (essence de bois utilisée, quantité de créosote nécessaire pour une imprégnation jugée optimale, climat…) sont donc différents de ceux de l’Hexagone. C’est pour cela que le rapport du ministère de la Transition écologique et solidaire préconise à SNCF Réseau de mener sa propre étude sur la question, afin de prendre en compte le contexte français.

Un exemple typique de pollution diffuse et de remontée de créosote à la surface du bois de ces anciens poteaux électriques stockés au soleil en pleine nature à Saint Julien d’Arpaon (Lozère) en mai 2020. Photo : auteur.

La pollution a la créosote sur l’environnement est donc prouvée. Mais à quels stades de son utilisation la créosote est-elle dangereuse ? Selon l’étude menée par l’IBGE en 2011, la créosote est toxique à n’importe quel stade du traitement (sortie d’imprégnation, séchage, pose sur voie), mais aussi plusieurs dizaines d’années après. Ainsi, nous distinguons dans les documents décrits en introduction deux types/modes de pollution de la créosote sur l’environnement : la pollution localisée et la pollution diffuse.

  • La pollution est dite « localisée » (ou encore « ponctuelle ») lorsqu’elle apparaît directement au sein des sites de traitement chimique et de stockage de produits créosotés. Pour prendre l’exemple des traverses, la majorité des émissions d’HAP11 » et peut donc potentiellement entrer dans le circuit d’eau potable. C’est pour cela qu’il est recommandé de stocker le bois traité à la créosote à l’abri du soleil et de la pluie. Le bois ne doit pas non plus entrer en contact avec un sol non muni d’un revêtement adapté.
  • La pollution est dite « diffuse » lorsque le dégagement de créosote se fait dans l’environnement après contact avec le sol ou l’eau une fois le bois sorti de son endroit de traitement et de stockage. Pour reprendre l’exemple des traverses, les composés chimiques de la créosote peuvent « remonter » à la surface du bois lorsque celui-ci est par exemple placé au soleil pendant une longue période (voir la première image de cet article, les gouttelettes brunâtres étant de la créosote remontée à la surface du bois). Une fois à la surface, certains de ces HAP les plus légers s’évaporent dans l’air. Quant à la diffusion des HAP dans le sol, il se fait sur une longue durée, entre cinq et plus de dix ans sur une durée de vie vie de trente à quarante ans pour prendre l’exemple de la traverse de chemin de fer. La pollution diffuse est donc plus difficilement détectable et sa ou ses causes plus difficilement identifiables dans le temps par rapport à une pollution localisée, souvent plus massive. Ces apports diffus de composés créosotés dans le sol risquent de le détériorer peu à peu ainsi que de polluer les nappes phréatiques et cours d’eau environnants.
La même photo que la précédente, où l’on voit clairement le contexte naturel autour des poteaux où se diffusent peu à peu les différents HAP contenus par la créosote.

Les mêmes conclusions ont été rapportées par le gouvernement canadien, et ce dès 1994, alors que les études et rapports français sont postérieurs d’au moins une décennie. Dans ce rapport, il est estimé à « 256 000 mètres cubes le volume des sols modérément et fortement contaminés dans 11 installations de créosotage au Canada12 », et les eaux souterraines voire même les eaux de surface proche de ces installations ont été contaminées.

Autre exemple à Blanc-Sablon (Canada), où le bois créosoté composant l’ancien quai portuaire a longtemps été stocké à l’air libre à même le sable, causant selon des relevés une pollution importante des sols13. Photo : Radio Canada.

Les composants de la créosote ont été retrouvés à des concentrations largement supérieures à la normale dans les cours d’eau proches de ces installations. En effet les sédiments contaminés par la créosote présentent un taux de 43 mg/kg (à l’état sec) de benzo[a]pyrène, contre 0,009 mg/kg pour les sédiments non contaminés. De tels taux sont assez élevées pour causer des effets graves sur les organismes vivant dans l’eau proche des installations de créosotage.

Les différents HAP de la créosote ont donc bel et bien un effet sur leur environnement : par exemple, les espèces d’insectes les plus fragiles (trichoptères et plécoptères) ont ainsi quasiment disparu au profit d’espèces plus robustes telles que les gastropodes et les diptères sur environ 1 kilomètre le long des installations de créosotage. La pollution reste donc localisée, mais il n’empêche qu’elle possède des effets extrêmement néfastes : le rapport mentionne ainsi que les « sédiments des stations situées près de l’installation étaient mortels pour toutes les espèces après 10 jours d’exposition, tandis que les sédiments d’autres emplacements ne l’étaient pas, ce qui a permis de délimiter une zone toxique de 150 m de largeur à partir de l’installation ».

Les conséquences sur le long terme pour la faune restent donc similaires aux conséquences pour les humains. Les poissons exposés aux HAP pendant une longue période de temps (en particulier les soles ici), développent des lésions cutanées, des anomalies du foie et du pancréas, une diminution du nombre de globules rouges dans le sang, et des tumeurs cancéreuses.


Malgré cela, le bois créosoté – en particulier sous la forme de traverses – est présent à bon nombre d’endroits. Parfois utile, parfois déchet, la traverse possède un cycle, un parcours de vie qui lui est propre et dont le créosotage n’est qu’une étape. Nous détaillerons ce parcours dans notre prochain post.

Notes de bas de page

  1. Photo : Site Internet de 2B Composite, “Les bois traités à la créosote (presque) interdits”, 10 octobre 2019, consulté sur https://poteaux-composites.fr/les-bois-traites-a-la-creosote-presque-interdits/. []
  2. Mir, Catherine et Rebeyrotte, Eric (coordonnateur). Évaluation des impacts d’une interdiction d’utilisation de la créosote en France. Ministère de la transition écologique et solidaire, rapport n°010963-01, mai 2017. Consultable en ligne sur : https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/184000281.pdf. []
  3. Clerc, Frédéric et Poirot, Pascal. « Approche des risques chimiques dans le secteur du traitement des déchets de bois dangereux », Hygiène et sécurité au travail, INRS, premier trimestre 2013,  230. Consultable en intégralité (format .PDF) sur http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=PR%2050. []
  4. Declerck, Priscilla. Les données de l’IBGE : Interface santé et environnement. La créosote. Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement, 2011. Consultable en ligne sur : https://environnement.brussels/lenvironnement-etat-des-lieux/rapports-sur-letat-de-lenvironnement/rapport-2007-2010/gestion-des-0. []
  5. Bonnemains, Jacky et Meite, Kalidjata. Que deviennent les déchets dangereux ? Le cas des traverses de chemin de fer traitées aux créosotes. Robin des Bois, Association de protection de l’Homme et de l’Environnement, avril 2007, consultable sur http://robindesbois.org/wp-content/uploads/2015/09/dossier-traverses-2007_robin-des-bois.pdf. []
  6. Université de Nantes. La Créosote. [En ligne, date inconnue]. Consultable sur http://uved.univ-nantes.fr/GRCPB/sequence2/html/ressources/matrice/hap/fiche_hap_creosote.pdf. []
  7. Gouvernement du Canada, Environnement Canada, Santé Canada. Liste des substances d’intérêt prioritaire. Rapport d’évaluation. Matières résiduaires imprégnées de créosote. Gouvernement canadien, 1994.            Consultable en ligne sur https://www.canada.ca/content/dam/hc-sc/migration/hc-sc/ewh-semt/alt_formats/hecs-sesc/pdf/pubs/contaminants/psl1-lsp1/creosote/creosote-fra.pdf. []
  8. Des études existent, SNCF Réseau en ayant par exemple réalisé une en 2013 (Étude Maréchal B., Favre M.C., 2013 : Impact des traverses créosotées sur les ballasts et les sols au droit des voies ferrées, BG Ingénieurs Conseils SAS, FF0700.22-RN008), mais elles restent très largement inaccessibles au grand public en ligne, y compris à l’auteur de cette note []
  9. Mir, Catherine et Rebeyrotte, Eric, op.cit., p.15. []
  10. Ibid, p.21. []
  11. Hydrocarbure aromatique polycyclique, voir le premier post de cette série “Traverses et controverses”) apparaissent lors de la sortie desdites traverses des autoclaves au sein duquel elles sont chimiquement traitées à la créosote, puis lors du stockage du bois imprégné. Des résidus de créosote peuvent tout à fait remonter à la surface du bois lors de son stockage, et en cas de pluie l’eau ainsi contaminée va rentrer dans le sol. L’IBGE précise qu’« une partie inconnue [de l’eau] arrive dans les égouts ou dans les eaux de surface par ruissellement ((Declerck, Priscilla, op.cit., p.3. []
  12. Gouvernement du Canada, Environnement Canada, Santé Canada, op.cit. []
  13. « L’entreposage de sols contaminés inquiète des citoyens de Blanc-Sablon », Radio Canada, 30 octobre 2017 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.