Traverses et controverses #1

Focus sur la créosote : ses effets, son encadrement, son élimination

Des traverses de chemin de fer en pin et sapin avant traitement à la créosote (à droite), et fumantes après traitement (à gauche), au sein du site de créosotage de Santa Fe (USA), mars 1943.
Photo : Jack Delano, FSA.

Produit phare du traitement du bois, ayant servi à imperméabiliser et protéger notamment les traverses de chemin de fer et les poteaux électriques pendant des décennies, la créosote n’est pas pour autant un produit exemplaire. Cet excellent agent de protection pose aussi des problèmes sanitaires et écologiques conséquents. Si l’on dresse une rapide liste de ceux-ci, non exhaustive, nous pouvons citer des irritations cutanées, des propriétés mutagènes et génotoxiques menant à des cancers, une pollution des sols et une destruction de la biodiversité environnante.

Les études médicales et universitaires traitant des effets néfastes de la créosote sur l’homme et l’environnement datent des années 1980, mais ce constat médical ne fut reconnu légalement que tardivement : ce n’est en effet que depuis la fin des années 1990 que la dangerosité de la créosote a été reconnue au sein de l’Union européenne par différents arrêtés, tandis que l’émergence de cette question dans le grand public date, lui, de la fin des années 2000.

L’objet de loin le plus pointé du doigt, même plus que la créosote elle-même, est la traverse de chemin de fer traitée avec cette même créosote. Cependant, ce n’est pas tellement le fait qu’une traverse créosotée soit utilisée au sein du réseau qui lui vaut ces critiques, mais plus la gestion parfois hasardeuse des anciennes traverses. Celles-ci peuvent en effet parfois se retrouver au bord des voies voire au sein des habitations ou terrains de certains ménages, et ce malgré le caractère dangereux de la créosote.

Ainsi, il y a une différence de traitement des traverses selon les différents stades de la vie de cette dernière, c’est-à-dire de la traverse-utile ou une traverse-déchet. Par ailleurs, des initiatives de recyclage et de retraitement des traverses existent : transformation en granulats de bois, incinération et récupération thermique, fabrication de charbon de bois par thermolyse. Leur but est d’essayer de trouver un débouché aux nombreuses traverses-déchets sans contact direct avec le public, et ainsi tenter de réduire les risques pour la santé. Mais ces initiatives semblent à peine suffisantes pour traiter l’énorme volume de traverses en bois remplacées chaque année, ne sont pas particulièrement écologiques, et peuvent poser des problèmes sanitaires comme nous le verrons dans le cas du charbon de bois thermolysé.

Autour de cette question, plusieurs acteurs s’affrontent. D’un côté les associations de défense de l’environnement – en particulier Robin des Bois – et les organisations syndicales internes à la SNCF dénoncent l’utilisation de la créosote et la gestion des bois créosotés. De l’autre, les entreprises responsables de l’infrastructure des chemins de fer (RFF puis SNCF Réseau, RATP) ou des lignes électriques et téléphoniques (RTE, Orange, Enedis), défendent cette utilisation et cette gestion. Enfin, deux acteurs ont pour rôle de légiférer et d’encadrer cette question : l’État français au niveau national, et l’Union européenne au niveau supra-national.

La créosote est utilisée depuis la fin du XIXe siècle, mais ces questions n’ont émergé que récemment. Ainsi, notre étude portera sur environ quarante années (1980-2020), même si la majorité des thématiques abordées en son sein sont récentes (2000-2020), et encore d’actualité de nos jours.


         1. La créosote, un agent de traitement aux effets toxiques reconnus par le corps médical

Les études médicales portant sur la dangerosité de la créosote sont anciennes. Les premiers articles à ce sujet, bien que sporadiques, datent des années 1970 : en 1974, le premier article en la matière est celui de G. Merclescu, paru au sein de la revue suisse de médecine Praxis, et évoquant des maladies de peau chez les ouvriers des chemins de fer1. L’année suivante, J.-S. Garrett écrit au sein du Journal of Occupational Medicine un article évoquant une possible relation entre l’apparition de tumeurs de la vessie et l’exposition chronique aux crésols et à la créosote2. Les études se multiplient par la suite dans les années 1980, à l’instar de celle menée durant plusieurs années à partir de 1981 par une équipe de scientifiques de l’université de Nijmegen (Bos, Hulshof, Theuws et Henderson)3, visant à démontrer qu’une exposition répétée à la créosote – comme dans le cas des ouvriers des ateliers d’imprégnation – peut conduire à des risques accrus de phénomènes mutagènes et d’apparitions de cancers. Les composés les plus toxiques sont les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), en particulier le benzo[a]pyrène et ses dérivés phénoliques4.

International Agency for Research on Cancer (IARC). « Some Non-heterocyclic Polycyclic Aromatic Hydrocarbons and Some Related Exposures », IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Volume 92. Disponible en ligne sur https://publications.iarc.fr/110.

En 1987, le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC) classe la créosote au sein du groupe 2A, c’est-à-dire comme « Agent probablement cancérigène pour l’Homme » – au même titre par exemple que le glyphosate – pour le cancer de la peau et des poumons. Cette information est confirmée par la suite à l’aide d’études à plus grande échelle, comme celle réalisée par A. Andersen, S. Karlehagen et C.-G. Ohlson en 1992 qui prit en compte 922 travailleurs imprégnant les traverses à la créosote au sein de 13 usines en Suède et en Norvège5. À partir du milieu des années 1990, il est donc déjà connu du monde scientifique que la créosote est néfaste pour la santé des travailleurs des ateliers qui l’emploient et donc – à plus large échelle – néfaste pour la santé humaine en général.

La créosote est nocive à de multiples moments de son utilisation : lors de l’imprégnation du bois, lors de son séchage puis de son transport, de sa pose puis tout au long de l’utilisation du bois en raison de la diffusion de la créosote dans l’air, l’eau et le sol. Enfin, lorsque le bois devient déchet, la manipulation effectuée peut aussi s’avérer dangereuse même si cela fait plusieurs années que le bois a été imprégné.

Parmi les symptômes et maladies possiblement causées par une exposition plus ou moins longue à la créosote et à ses HAP (en particulier le benzo[a]pyrène) nous pouvons citer, de manière non exhaustive : des irritations cutanées, oculaires et respiratoires, des céphalées, de la fatigue, des troubles du comportement, des cancers de la peau, des poumons, du pharynx, du larynx, de l’estomac, des reins, du foie, du pancréas, de la prostate, de la vessie, des myélomes et lymphomes non hodgkiniens, ainsi que des effets reprotoxiques sur la descendance. La créosote est donc un produit hautement toxique ; par ailleurs seuls 1 à 2 grammes de créosote suffisent à tuer un enfant en cas d’ingestion, et 7 grammes chez un adulte6.

Selon l’Office fédéral de la santé publique suisse (OFSP), les hydrocarbures aromatiques polycycliques “sont produits durant les processus de combustion partiels du charbon, mazout, carburant, bois ou tabac […]. La structure moléculaire de certains types de HAP les amène à être transformés dans l’organisme en composés extrêmement toxiques, appelés époxydes. Les époxydes réagissent très facilement avec l’ADN, ce qui peut entraîner des mutations génétiques menant parfois au cancer. Certains HAP peuvent également affecter la reproduction ou le développement fœtal. Ces effets néfastes ont été démontrés chez des animaux, mais le risque existe également pour l’homme. Le benzo(a)pyrène est particulièrement toxique, puisque ses effets cancérogènes sont prouvés pour l’homme et qu’on le considère aussi comme mutagène, tératogène et toxique pour le développement.” L’usage de la créosote comme agent biocide est régi par la directive européenne n°98/8/CE.

Structures chimiques du benzène et de certains hydrocarbures aromatiques polycycliques.
Source : Office fédéral de la santé publique suisse (OFSP), “Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)“, octobre 2020.

Face à la dangerosité – maintenant affirmée – de la créosote, les producteurs ont produit au fil des années de nouveaux types de créosote. La créosote historiquement utilisée est la créosote dite de type A, comprenant jusqu’à 85% de HAP dont 60% de composés volatils cancérigènes tels que le naphtalène, l’anthracène et le benzo[a]pyrène. Face à cela, l’Union européenne a mis en application en 2003 la directive 2001/90/CE, visant à ce que « les États membres prennent toutes les mesures utiles » pour limiter la concentration en benzo[a]pyrène à 0,005% en masse. D’autres lois européennes ont été votées par la suite, toujours dans le sens d’une limitation de l’utilisation des produits biocides dont la créosote fait partie.

Quant aux nouveaux types de créosote, ils sont dénommés B et C. La différence entre les créosotes de type B et C et la créosote de type A est la teneur en composés volatils, qui a été réduite à un maximum de 20% pour la créosote de type B, et à un maximum de 10% pour la créosote de type C. Cela a été réalisé en augmentant la température de distillation de la créosote lors de son processus de fabrication, dans le but qu’un maximum de ces composés atteignent leur température d’ébullition et donc, s’évaporent pour ne plus être présents ensuite lors de l’imprégnation future du bois. En modifiant les caractéristiques de la créosote afin qu’il y ait de moins en moins de composés malodorants et cancérigènes, les créosotes de type B puis de type C seraient supposément moins dangereuses pour ceux qui les manipulent selon la société suisse Corbat7, par ailleurs elle-même productrice de créosote. Il faut tout de même préciser qu’il reste toujours environ 80% de HAP quel que soit le type de créosote utilisée, et que sur environ 300 éléments qui composent la créosote, seuls une centaine ont été identifiés.

En France, la SNCF utilise exclusivement depuis 2011 la créosote de type C. Par ailleurs, cela s’inscrit dans une dynamique globale de baisse de la consommation de créosote. Ainsi, le hêtre a été abandonné depuis 2005 car il absorbait beaucoup trop de créosote au profit du chêne, consommant en moyenne 30 kg de produit par m³ de bois.

La créosote reste donc un produit relativement méconnu du grand public, même si elle est très utilisée. La raison principale de cette utilisation est le fait que la créosote, qui possède un potentiel conservateur, imperméabilisant, insecticide et fongicide très puissant, ne possède pas d’alternatives aussi efficaces à l’heure actuelle.


Cependant, la créosote peut aussi constituer un facteur de pollution pour son environnement. Nous détaillerons cet aspect au sein du prochain article de Traverses et controverses.

Notes de bas de page

  1. Merlescu, G. « Skin toxidermies in railway workers », Praxis, 1974, n°29, p.902-904. []
  2. J.-S. Garrett. « Association between bladder tumors and chronic exposure to cresol and creosote », Journal of occupational medicine. : official publication of the Industrial Medical Association, 1975, n°8, p.492. []
  3. Bos R.-P., Henderson P.-T., Hulshof C.-T., Theuws J.-L. « Genotoxic exposure of workers creosoting wood », British journal of industrial medicine, 1984, n°2, p.260-262. []
  4. International Agency for Research on Cancer (IARC). « Some Non-heterocyclic Polycyclic Aromatic Hydrocarbons and Some Related Exposures », IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Volume 92. Disponible en ligne sur https://publications.iarc.fr/110. []
  5. A. Andersen, S. Karlehagen et C.-G. Ohlson. « Cancer incidence among creosote-exposed workers », Scandinavian journal of work, environmen and health. 1992, n°1, p.26-29.. []
  6. N. Bonnard, M.-T. Brondeau, T. Clavel, M. Falcy, D. Jargot, M. Lafontaine, M. Reynier, et O. Schneider. « Benzo[a]pyrène. Fiche toxicologique n°144 ». Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), 2007 [en ligne]. []
  7. Ets Röthlisberger SA. « Protection du bois par une imprégnation optimale : La meilleure qualité de créosote pour une traverse bois encore plus écologique », Corbat Holding [en ligne], consulté sur https://www.traverses-chemin-de-fer-bois.ch/files/4/InfoCr%C3%A9osoteTypeC.pdf. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search